25 mars 2015

Voici Lord Byron (1599-1652)

Déjà influent bien avant la guerre civile anglaise en tant que membre du parlement, lieutenant de la tour de Londres et Sheriff de Nottingham, John Byron n’a jamais quitté la cause royaliste. Débutant sa carrière militaire comme colonel de cavalerie, il combat avec ses sept frères dès Edgehill.

Il se distingue à la bataille de Newbury où il prend Round Hill à la tête de ses cavaliers. A la suite de ce coup de force, il devient commandant (Field Marshal) des armées du Lancashire et du Cheshire au Pays de Galles. Il doit y assurer les lignes de communications vers l’Angleterre. Battu à la bataille de Nantwich, il rejoint les troupes du Prince Rupert.

Redoubt produit une très belle figurine montée de Lord Byron. Je l'ai accompagné d'une enseigne de son régiment personnel (drapeau Wargme Designs).

A  Marston Moor, il se fait débordé par les cavaliers de Cromwell… scellant ainsi le sort de l’armée royaliste.  S’en suit une série de retraites. Il défend alors Chetser pendant de longs mois d’un terrible siège en organisant de fréquentes sorties. Il est contraint à l'exile à Paris.
Ci-dessus, un portrait par William Dobson. On aperçoit bien sur sa joue gauche, la cicatrice que lui aurait laissée une hallebarde durant les combats de Burford.

Charles II le rappel en 1648 pour intervenir à nouveau au pays de Galles et en Irlande en support des troupes ecossaises. Il accompagne ensuite James II en France et meurt à Paris de cause inconnue.
Quel destin ! De l'ombre à la lumière et de la lumière à l'ombre, un parfait héro pour une époque dramatique.

4 commentaires:

  1. C'est le genre d'article que je préfère alliant peinture et histoire, un bon moment ou on en prend plein les yeux et la tête.

    RépondreSupprimer
  2. Un destin hors normes et une très belle peinture...que demander de plus?

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour les commentaires.
    Ce que j'adore dans notre hobby, c'est la découverte de l'Histoire grâce à nos bouts de plomb.
    A bientôt,
    Benoit

    RépondreSupprimer